A version of this story won second prize in the 2007 Daniel Pearl Award, a competition sponsored by The Wall Street Journal, in collaboration with the Ecole de Journalisme de Sciences Po in Paris, and was published in the Wall Street Journal Online]
Virginie and Ronnie’s apartment is perched at the top of a long and narrow spiral staircase. Located in a popular Paris neighborhood near the Gare du Nord train station, it is mansard-roofed and tiny. A painting is soiled and the walls are moldy. A visitor is struck by the three posters the tenants have pinned to the walls. Like a bowl of fresh air in this contained space, they depict the open space of Quebec. Written in French, a slogan in the center of the posters reads: “Make your life in Quebec.” For the young French couple, it is their new mantra to escape the banality of their Parisian life.

Virginie is a 24-year-old business school graduate who could only find a job in Paris as a waitress. Ronnie has an undergraduate degree in English but dreams of becoming an illustrator. They want to abandon a country they think has no future. Or rather that has no future for them, professionally.

Next September, they will take off for Montreal, the economic capital of Quebec, to try their luck, as so many of their French compatriots did before them, in French-speaking America. Their ticket is one-way. They hope to resettle in the Canadian province of their dreams though neither has ever been to Quebec before.

Each year, 3000 to 4000 French decide to emigrate permanently to Quebec, according to the figures of the Quebec Immigration Ministry. Moreover, 7000 others arrive with temporary work visas, and 5000 more as exchange students. But the dream of Quebec sometimes turns into a nightmare since hundreds of them come back to France every year.

Is it failing or succeeding?

There is a debate about the exact return rate. The Délégation du Québec en France, the institution in charge of recruiting and assisting French immigrants, says that 18-20% of the French will come back within five years. This figure is really underestimated, according to demographer Marc Termote.

“One French out of two who decides to emigrate to Quebec will return to France within eight years,” says the University of Montreal demography professor, who based his study on the 1996 and 2001 censuses. For Termote, the Délégation’s figure are low because of the method used to account for this phenomenon. Indeed, it is based on the change of address of the person’s health insurance card.

“Those who leave Quebec must give their card back in theory. However, rare are those who do it,” says Termote. “Even my son, who returned to Europe this year, forgot to do it.”

Virginie and Ronnie are aware of the debate. They both know there is a relatively high number of returns. But this does not seem to discourage them.

“When we leave, we will be finally free, finally well. In France, there is always someone to put sticks in your wheels. This depressing way of life, we just can’t take in anymore,” sighs Virginie.

Montreal is the principal non-European destination of French expatriates. There are more than 40,000 French living in Montreal (of a total population of approximately 2 million inhabitants) who are registered at the French Ministry for Foreign Affairs’ Maison des Français à l’étranger. That is twice as many as in New York or Los Angeles, and nearly four times more than in Sydney, although these three cities also have a high concentratiion of French. And Montreal is the only one in which French is the city’s dominant language.

The percentage of French in Montreal has increased 47% from 2000 to 2004, according to the Maison des Français à l’étranger’s figures. In comparison, the percentage of French in New York grew only 8% over the same four years.

Valerie Lion, a journalist with the French weekly magazine L’Express, reported on the affinity the French have for Quebec in her book Irréductibles Québécois. She explains the attraction this way: “A new generation of French emigrants is trying the adventure. It’s often personal; a love of Quebec or of a Quebecker, or quite simply this notion: Quebec offers a French-speaking space where all is still possible and where the immigrants are welcome. It brings also a puff of oxygen to citizens disappointed by the stagnation and failures of French society.”

Even the former French Prime Minister Alain Juppé chose Quebec to teach for a year in 2005 after he was convicted of corruption in a political funding scandal, though he too has returned to France.

Web refuge for the disillusioned

Why do so many French immigrants abandon Quebec after a couple of years? The Internet is full of reasons. Check out ImmigrerContact.com, a site which has more than 6000 active members, including many French people who did not find what they were seeking in their attempts to resettle in Quebec. Some are quite bitter. One rants about a woman-led society (“Féministan”) with defective infrastructure (“Kébekistan”). The Quebeckers are depicted as “intolerant racists,” speaking an out-of-date and incorrect language, basking in their ignorance, and suffering from an inferiority complex which pushes them to hate the “Maudits Français” (damned French).

Yann Takvorian is the founder and administrator of the site. He has been living in Quebec for 11 years and managing Immigrer-Contact.com for three. He is not surprised by its popularity: “Those who take part in the forum are disillusioned by Quebec or already on the return. They can really say what does not go well with Quebec whereas they are generally censored on the other sites. Immigrer-contact.com is the black sheep site which gives a right for people to express themselves.”

Francoise, about 50, is an active member of the site. In 2005, she moved with her husband to Quebec City.

“It was an old dream of ours to go to live in Quebec. I had been there a few times, but it was not enough to get a feeling of what we were going to live thereafter. We regarded Canada in a very romantic kind of way.”

The troubles started after their arrival in Quebec when Francoise started looking for work. Though she had been employed as a sales trainer and manager in France, she was only offered sales positions in Quebec.

“It is absolutely necessary to have experience in Quebec to hope to find an interesting job over there. You can’t imagine the number of qualified foreigners in Quebec who cannot find a job.”

And because employment is the “nerve of the war,” her husband and she chose to return after 15 months in Quebec to their native Aquitaine in France. “We had sold everything in France before leaving: the house, the car… and we repurchased all that in Quebec. On our return in France, we resold at a loss . We lost so much money.”

The Délégation du Québec en France comes in for much of the web criticism. In informing potential emigrants what to expect in a move from France to Quebec, they’re not fully candid, according to Takvorian.

“We really feel misled by the Delegation which gives out a sales leaflet full of false information,” he says. “It is a true swindle.”

For instance, he says that he was not made aware of the poor quality of the health system.

“The only similar point between France and Quebec is that there is a medical card. But in Quebec, you sometimes have to wait the whole day only to see a doctor. People are even waiting in hospital corridors to get care because there is not enough resources,” says Takvorian.

The educational system is also a point of contention. “The Délégation says it is the same between France and Quebec but I have never heard one French parent say the Quebec schools were good. Children are learning almost nothing and the teachers are making language mistakes,” he argues.

He’s also concerned about work opportunities for the immigrants. “The French do not manage to find in Quebec the same level of employment that they had in France.” Diplomas don’t seem to matter, he says, and people have to change fields to find work. To work as a doctor, an engineer, a dentist, an accountant or an architect, for instance, French applicants must pass examinations, takes classes or redo parts of their studies in a Quebec institution.

The Quebec Immigration Office responds that they are totally above board on what someone moving from France can expect in Quebec. During their information sessions, they purposely discuss how migration affects professionals, according to Eve Bettez, the person in charge of conducting the sessions. She notes that a form must be filled out by people whose professions are regulated in Quebec. ”

“They must sign it to attest that they know that there is indeed a professional board in Quebec for the type of employment they seek, she says, adding that the form has to be signed for the visa to be obtained.

Idealized expectations

For Bettez, the problem comes with the idealized expectations French immigrants have before they leave France. When one has a dream that is held dear, she suggests, “he hears what he wants to hear. It’s just human,” Bettez says. “Moreover, the Delegation meets only 25% of the French candidates for immigration.”

According to her figures, only 6% of the French immigrants in Quebec are unemployed. That is less than the Canadian national average of 8%, and even less than the French average of 9%.

“We always hear more about those who complain than those for which everything is fine in Quebec. They speak louder,” ensures Bettez. Moreover according to the Delegation’s data, employment is not one of the main reasons for the return. The desire to start a family in France remains the first rationale for going back, followed by the difficulty spouses have in adapting, and, eventually, the roughness of the winters.

It is for her family that Johanna decided to go back to France after living in Quebec for almost seven years.

“Being so far away from my family is really what I found the hardest in Quebec. It is also necessary to completely rebuild your life, your address book, find friends whom you can call at 2 o’clock in the morning,” says the 29-year-old toxicologist who returned to Paris last November. She quickly found a job in an environmental institute, but she is still looking for an apartment. Last year, she finished her PhD. dissertation, left a Quebecker spouse and was thus at a turning point in her life.

“Before going back to France, I made a list of pros and cons. There were simply more elements in favor of returning to France,” she recounts. “But in spite of this decision, I know that I will always be divided between Quebec and France. I do not rule out going back to Quebec.”

Johanna sees her stay in Quebec as a youthful life experience abroad. Her return to France is not a failure, but a stage of her life. Many young French people also treat their move to Quebec as a sojourn, she thinks, not necessarily as a permanent life change. According to her, Quebec should not be alarmed by the phenomenon of French coming for a period and returning to France.

There’s no France in America

A culture shock almost always awaits the French who arrive in Quebec to live. The common language they share with the Quebeckers does not prepare them for it. Many expect to find “France in America” rather than “French-speaking America.” And not even the same French. The Quebeckers have an accent and a vocabulary rather different from their “cousins.” They have their own language office, the Office Québécois de la langue française (OLF), and decline to follow the dictates of the prestigious Académie française, the equivalent in France of the OLF.

Johanna acknowledges, a few months after her return to France, that she has adopted some expressions typically Quebecker. “I ‘sacre’ (swear in accordance with Catholic precepts) and I say ‘bienvenue’ for saying ‘you are welcome.'”

To some, Quebeckers do not act French enough. “I am sorry to say, but I find that the Quebeckers are very…Anglo-Saxon,” Francoise laments. Though Quebeckers may be the most “European” of North-Americans, they are, above all, North-Americans. They have a right wing vision of the economy despite having a protective social welfare system, she says, and a different culinary culture though inspired by their French origins.

Work places in Quebec are less hierarchical than in France. One addresses a boss with the familiar “tu” rather than the more formal “vous” and one enters his boss’ office without an appointment. As in the United States, workers are generally promoted on merit rather than by seniority, she says. Though the employment rate is lower than in France, employment is more precarious.

Even relationships with friends have different cues. “Quebeckers are, in their social relations, less spontaneous than the French,” according to Johanna. They call you eight days in advance to you ask you if you are free to come supper… and ask you to be there by 5 p.m,”, that is to say three or four hours earlier than when the French typically eat.

Yann Rocq, a young computer specialist who recently settled in Montreal, and author of the humorous blog mauditfrançais.com, thinks that not enough French who emigrate to Quebec really know the province. Before deciding to resettle permanently in Quebec, he had already spent more than a year in Montreal, as a foreign student.

“When I decided to immigrate, I was done with idealizing Quebec and I knew what to expect. I was realistic: I did not come to look for woodland caribou, ” Rocq says.

According to him, the French who are disappointed with their immigration in Quebec are initially those who had never stepped there before their arrival. “People do not inform themselves and trust blindly what the Delegation from Quebec tells them. When one decides to leave France, the stakes are high and the pressure enormous. It is really necessary to have spent time here before making such a decision.”

Rocq is the brother-in-law of Virginie and Ronnie, the young Paris couple who will leave for Montreal in September. Though he supports their decision to emigrate, he believes they are making the typical errors of those who arrive ill-prepared in Quebec. They have never been to Quebec and they are fleeing France because they hate it.

“We realize that we leave France without knowing what it will be like in Quebec,” admits Ronnie.
“We perhaps never went, but we prepare ourselves. We read books about Quebec and we visit every day Radio-Canada’s website. ”

Ronnie knows that he will experience cultural shock sooner or later with his new country but it does not frighten him. Quite the contrary: “I want cultural shocks. When they occur, it will be the proof that I indeed left France. Finally.”

April 2007

 

Immigration française au Québec
Aller-simple pour les problèmes?

Par Fannie OLIVIER

(Paris – 28/01/2007) Le logement de Virginie et Ronnie est perché tout en haut de longs escaliers étroits en colimaçon. L’appartement, situé dans un quartier populaire près de Gare du Nord, est mansardé et minuscule, la peinture est défraîchie, la moisissure s’est installée sur les murs. Devant tant d’étroitesse, le visiteur ne peut qu’être frappé par trois affiches que les locataires ont épinglées aux murs. Comme un bol d’air frais dans cet espace renfermé, elles illustrent les grands espaces du Québec selon les saisons. « Faire sa vie au Québec » est le slogan qui trône au centre de l’affiche. Et pour le jeune couple français, c’est un nouveau mantra pour échapper à la banalité de son quotidien parisien.

Elle a fait une école de commerce mais n’a pu trouvé qu’un petit emploi d’hôtesse d’accueil. Il a une licence d’anglais mais rêve avant tout de devenir illustrateur. Ils veulent fuir un pays qu’ils jugent sans avenir. Du moins, pour eux, professionnellement. En septembre prochain, ils prendront tous deux l’avion pour Montréal, capitale économique du Québec, pour tenter leur chance, comme bien d’autres l’ont fait avant eux, en Amérique francophone. Leur billet est un aller-simple : ils espèrent s’établir pour toujours dans la province canadienne qui les fait rêver. Et ce, sans y avoir encore jamais mis les pieds.

Chaque année, de 3000 à 4000 Français décident comme eux de s’établir de manière permanente au Québec, selon le ministère de l’Immigration du Québec. À ce chiffre, on peut ajouter 7000 Français qui arrivent avec un visa temporaire, et plus de 5000 avec un visa étudiant. Mais le rêve québécois tourne parfois au cauchemar puisqu’ils sont des centaines à revenir chaque année en France, essuyant l’échec de l’immigration.

Un vrai débat fait rage en ce qui concerne le nombre exact de retours. La Délégation du Québec en France, l’institution chargée de recruter des immigrants, soutient que 18 à 20 % des Français seront de retour dans les cinq ans qui suivent leur immigration. Or le démographe Marc Termotte juge ces chiffres très inférieurs à la réalité. « Un Français sur deux qui décide de s’établir définitivement au Québec reviendra en France dans les huit ans qui suivent son immigration », avance le professeur de l’Université de Montréal, qui a basé son étude sur les recensements de 1996 et de 2001. Si la Délégation du Québec arrive à un taux de retour plus bas, c’est parce qu’elle ne se base que sur les changement d’adresse des détenteurs de carte d’assurance-maladie. « Ceux qui quittent le Québec doivent en principe remettre leur carte. Or rare sont ceux qui le font. Même mon fils, qui est rentré en Europe cette année, a oublié de le faire! »

Virginie et Ronnie connaissent ce débat autour du nombre de retours, et s’ils savent que, peu importe la méthode de calcul, il est relativement élevé, cela ne parviennent pas à les décourager dans leur projet d’immigration. « Quand nous serons partis, nous serons enfin libérés, enfin biens. En France, il y toujours quelqu’un pour te mettre des bâtons dans les roues. Ce cadre de vie déprimant, on n’en peut plus! », soupire Virginie, 24 ans. Et comme tous ceux qui partent dans l’espoir de ne plus revenir, elle a la certitude que Ronnie et elle feront partie de cette moitié de Français qui réussissent leur immigration.

Montréal avant tout

Montréal est la première destination non-européenne des expatriés français. Il y a plus de 40 000 Français vivant à Montréal (sur une population totale d’environ 2 millions d’habitants) inscrits au registre de la Maison des Français à l’étranger qui est rattachée au ministère des Affaires étrangères français. C’est deux fois plus qu’à New York ou Los Angeles, et près de quatre fois plus que Sydney, bien que ces trois villes figurent aussi dans le palmarès des villes les plus appréciées des Français.

Par ailleurs le nombre de Français qui s’établissent à Montréal est en nette progression. Toujours à partir des chiffres de la Maison des Français à l’étranger, on observe que le nombre de Français à Montréal a bondi de 47% de 2000 à 2004. En comparaison, le nombre de Français à New York a cru de seulement 8,8% pour les mêmes années.

Valérie Lion, journaliste à l’hebdomadaire français L’Express, s’est attardée aux relations franco-québécoises dans son livre Irréductibles Québécois. Elle explique l’attirance des Français pour la province de cette façon : « Désormais une nouvelle génération d’émigrants français tente l’aventure. Souvent une aventure personnelle, par amour du Québec ou d’un(e) Québécois(e), ou tout simplement par réalisme : le Québec offre en effet un espace en français où tout est encore possible et où les immigrés sont les bienvenus. Il apporte aussi une bouffée d’oxygène à des citoyens déçus par les blocages et les ratés de la société française. » (Irréductibles Québécois, éditions des Syrtes, 2004, p. 21.) Même l’ancien premier ministre français Alain Juppé a choisi d’aller y prendre l’air en 2005-2006 pour un an…

Un site Internet refuge pour désillusionnés

Or si le Québec est perçu si positivement, pourquoi un si grand nombre de Français quittent-ils le Québec après avoir tenté de s’y établir ? Internet est riche en indices qui permettent d’avancer des réponses à cette question. Sur le site immigrer-contact.com qui dénombre plus de 6000 membres actifs, on ne compte plus les témoignages de Français qui n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient en choisissant le Québec. Et qui sont très amers. Le Québec y est décrit comme une société matriarcale (« Féministan ») aux infrastructures déficientes (« Kébekistan »). Les Québécois y sont dépeints comme des « racistes intolérants » parlant une langue périmée et incorrecte et se complaisant dans leur ignorance, souffrant d’un complexe d’infériorité les poussant à détester « les maudits Français ».

Mais sous ces commentaires virulents frôlant le racisme se cache un véritable phénomène : une part importante des Français arrivés au Québec sont déçus, mal dans leur peau et souhaitent prendre le chemin du retour. Le fondateur et administrateur de ce site s’appelle Yann Takvorian. Il habite le Québec depuis 11 ans et gère immigrer-contact.com depuis 3 ans. Il n’est pas surpris de sa popularité : « Ceux qui participent au forum sont désabusés par le Québec ou déjà sur le retour. Ils peuvent vraiment dire ce qui ne va pas avec le Québec alors qu’ils sont généralement censurés sur les autres sites. Immigrer-contact est le site mouton noir qui laisse enfin à chacun le loisir de s’exprimer ».

L’emploi, « nerf de la guerre »

Françoise, dans la cinquantaine, est un membre actif d’immigrer-contact. En 2005, elle s’est installée avec son mari dans la ville de Québec. « C’était un vieux rêve que d’aller vivre au Québec. J’y avais séjourné quelques fois, mais ce n’était pas assez pour prendre la température de ce que nous allions vivre par la suite. Nous voyions le Canada de façon très romantique. »

Les ennuis ont véritablement commencé quand, arrivée à Québec, elle a commencé à chercher un emploi. Alors qu’elle était formatrice en vente et manager en France, elle n’a pu se trouver qu’un emploi de simple vendeuse à Québec « Il faut absolument avoir une expérience québécoise pour espérer trouver un emploi intéressant là-bas. Vous ne savez pas le nombre de gens compétents étrangers au Québec qui n’arrivent pas à trouver du travail.» Et comme l’emploi est pour elle « le nerf de la guerre », son mari et elle ont choisi de prendre le chemin du retour vers leur Aquitaine natale après quinze mois de vie au Québec. « Nous avions tout vendu en France avant de partir : maison, voiture… et nous avons racheté tout cela au Québec. À notre retour en France, nous avons revendu à rabais. Nous avons perdu tellement d’argent. »

Le rôle de la Délégation : prévenir ou promouvoir?

Pour les internautes d’immigrer-contact, c’était le rôle de Délégation du Québec en France, chargée de recruter les futurs immigrants, de les prévenir de la difficulté de se trouver un emploi une fois atterris au Québec. Yann Takvorian, le fondateur du site, déclare que la Délégation est même coupable selon lui d’avoir carrément induit en erreur les candidats. « On se sent vraiment trompés par la Délégation qui nous a servi un argumentaire marketing fallacieux. C’est une véritable escroquerie. »

Il assure entre autres ne pas avoir été informé de la piètre qualité du système de santé. « La seul ressemblance entre le Québec et la France sur la plan médical est que l’on y possède une carte de santé. Or au Québec, il faut parfois attendre toute la journée pour voir un médecin. Des patients attendent même dans les corridors des hôpitaux sur des civières tellement le système de santé manque cruellement de ressources, » affirme Yann Takvorian.

Le système scolaire est aussi un point noir, selon lui. « La Délégation assure que les systèmes français et québécois sont équivalents, mais je n’ai jamais entendu un seul parent français affirmer que les écoles québécoises étaient bonnes! Les enfants n’apprennent pratiquement rien et les enseignants font des fautes de français. »

Il juge par ailleurs le marché de l’emploi réfractaire aux immigrants. « Les Français ne parviennent pas à retrouver au Québec le même niveau d’emploi qu’ils avaient auparavant en France. Il n’y a pas de reconnaissance de diplôme et on doit souvent changer de secteur. »

Un autre important mécontentement lié à l’emploi des immigrés au Québec réside dans la difficulté d’accéder aux ordres professionnels. La province compte un grand nombre de professions protégées ou réglementées : médecins, ingénieurs, dentistes, comptables, architectes, etc. Pour intégrer ces ordres, certains Français qui exerçaient le métier dans leur pays d’origine doivent repasser des examens, parfois même reprendre des cours, voire la formation au complet.

Au Bureau d’Immigration du Québec cependant, on dément fermement faire de la fausse représentation. À l’occasion des réunions d’informations sur le Québec, on insiste d’ailleurs sur la question des ordres professionnels. Ève Bettez, responsable de la promotion au Bureau d’immigration et animatrice des réunions d’informations, explique qu’une annexe doit même être remplie par les personnes dont la profession est réglementée au Québec. « Ils doivent signer cette annexe pour attester qu’il savent qu’il existe bel et bien un ordre professionnel au Québec pour l’emploi qu’ils exercent déjà et qu’ils devront, selon le type de travail, faire diverses démarches pour y accéder. Cette annexe est obligatoire : on ne délivre pas le visa si elle n’est pas remplie. »

Pour Mme Bettez, les critiques de certains Français à l’égard de la Délégation, qu’ils ne jugent pas assez franche avec les candidats, s’expliquent par le fait que beaucoup idéalisaient la province avant leur départ. « Quand on a un projet auquel on tient, on entend ce qu’on veut bien entendre. C’est humain. Et puis, la Délégation rencontre seulement 25% des candidats français à l’immigration. »

Par ailleurs, selon ses chiffres, aussi peu que 6% des immigrés Français au Québec seraient au chômage. C’est moins que la moyenne nationale canadienne, qui est de 8%, et encore moins que la moyenne française de 9%. « On entend toujours davantage ceux qui se plaignent que ceux pour qui tout roule au Québec. Ce sont eux qui parlent le plus fort », assure Mme Bettez. D’ailleurs l’emploi ne serait pas, selon les données de la Délégation, une des raisons majeures du retour. L’envie de retrouver sa famille en France serait ainsi la première cause du retour, suivie de la difficulté d’adaptation du conjoint et, finalement, eh oui!, de la rudesse de l’hiver.

Jamais si bien que parmi les siens

C’est d’ailleurs la famille qui a fait revenir Johanna, établie au Québec depuis près de sept ans. « L’éloignement de la famille, c’est vraiment ce que j’ai trouvé le plus dur au Québec. J’ai dû aussi reconstruire complètement ma vie, mon carnet d’adresse et me faire des amis sur qui compter, que j’ai pu appeler à 2h du matin, au besoin. » La toxicologue de 29 ans est revenue à Paris depuis novembre dernier. Elle s’est rapidement trouvé un emploi dans un institut en environnement, mais cherche toujours un logement. L’an dernier, elle a terminé sa thèse de doctorat, a quitté un conjoint québécois et s’est ainsi retrouvée à un point tournant de sa vie. « Avant de rentrer en France, j’ai fait une liste des pour et des contre. Il y avait simplement plus d’éléments en faveur de mon retour en France. Mais malgré cette décision, je sais que je serai toujours partagée entre le Québec et la France. Je n’exclut pas un jour retourner m’établir au Québec ».

Johanna voit son séjour au Québec comme une expérience de jeunesse à l’étranger. Son retour en France n’est pas pour elle un échec, mais une autre étape de sa vie. « Beaucoup de jeunes Français vivent leur immigration au Québec comme une simple expérience, pas nécessairement comme un projet de vie. » Selon elle, le Québec ne devrait donc pas s’alarmer de les voir rentrer puisque rester définitivement en Amérique n’était pas leur projet initial.

« Un bout de France en Amérique »

Une surprise attend presque toujours le Français qui arrive au Québec pour y vivre : le choc culturel. La langue commune qu’il partage avec les Québécois ne le prépare pas à cela. Beaucoup s’attendent à trouver au Québec « un bout de France en Amérique » plutôt que « l’Amérique en français ». Et encore, pas tout à fait le même français… Les Québécois ont un accent et un vocabulaire assez différent de leurs « cousins ». Ils ont leur propre office de régulation de la langue, l’Office québécois de la langue française (OLF), et refusent de se faire donner la leçon par la prestigieuse Académie française, l’équivalent en France de l’OLF. Johanna avoue même continuer, quelques mois après son retour en France, à utiliser des expressions typiquement québécoise. « Je sacre (jurer en employant des symboles de la religion catholique) et je dis bienvenue pour dire ‘de rien’ ».

La langue n’est qu’un aspect des différences auxquelles doivent se heurter l’immigrant français. Les fondements culturels sont aussi singuliers : « Je suis désolée de dire cela, mais je trouve que les Québécois sont très… anglo-saxon », lâche Françoise, comme si cela était une terrible insulte. Une vision de l’économie plus à droite malgré un système de protection sociale plus solide qu’aux États-Unis, une culture culinaire différente bien que d’inspiration française, des politiques axées sur la liberté individuelle : si les Québécois sont les plus « européens » des Nord-américains, ils sont avant tout des Nord-américains.

Les Français sont par ailleurs surpris de trouver au travail au Québec un organigramme déhiérarchisé : on y tutoie son patron et on entre dans son bureau sans rendez-vous. Comme aux États-Unis, les travailleurs sont généralement promus au mérite, plutôt qu’en fonction de l’ancienneté. Les emplois y sont plus précaires mais le taux de chômage, moins élevé. Même les relations d’amitié ont des codes différents. « Les Québécois sont, dans leurs relations sociales, moins spontanés que les Français, » selon Johanna. « Ils te demandent huit jours à l’avance si tu es libre pour venir souper… et te donnent rendez-vous à 17h! », soit trois voire quatre heures plus tôt que l’heure du dîner habituel des Français.

Yann Rocq, un jeune informaticien récemment installé à Montréal, auteur du blog humoristique mauditfrançais.com, est d’avis que trop peu de Français qui se préparent à immigrer au Québec connaissent vraiment la province. Avant de s’établir au Québec, il avait, lui, déjà passé plus d’un an à Montréal à l’occasion d’un échange étudiant. « Quand j’ai décidé d’immigrer de façon définitive, j’avais cessé d’idéaliser le Québec et je savais ce qui m’attendait. J’étais réaliste : je ne partais par chercher le caribou! » Selon lui, les clichés romantiques de « ma cabane au canada », du bûcheron boute-en-train et des grands espaces enneigés sont encore bien présents dans l’esprit d’un bon nombre d’immigrants.

Pour Yann, les Français déçus de leur immigration au Québec sont d’abord ceux qui n’y avaient jamais mis les pieds avant d’arriver. « Les gens ne se documentent pas et font aveuglément confiance en ce que leur dit la Délégation du Québec. Quand on part pour toujours, l’enjeu est gros et la pression est énorme. Il faut vraiment avoir passé du temps ici avant de prendre une telle décision. »

Yann Rocq est le beau-frère de Virginie et Ronnie, le jeune couple de Paris qui partira pour Montréal en septembre. Même s’il approuve leur décision d’immigrer, il croit néanmoins qu’ils commettent les erreurs typiques des Français qui arrivent au Québec et qui échouent leur immigration : ils n’ont jamais visité le Québec et fuient une France qu’ils détestent.

« On est conscient qu’on part à l’aveuglette », admet Ronnie, « on n’est peut-être jamais allés, mais on se prépare comme on peut. On lit des livres sur le Québec et on visite tous les jours le site web de radio-canada. » Il affirme savoir qu’il vivra tôt ou tard des chocs culturels dans son nouveau pays. Cela ne lui fait pas peur, bien au contraire : « J’ai envie de chocs culturels. Quand ils surviendront, ce sera la preuve que j’ai bel et bien quitté la France. Enfin. »